L'encre de chine et Benoit Chalut, d'après M.Schmitt Christian


Benoit Chalut est un peintre qui n’abandonne jamais l’encre de Chine même lorsqu’il réalise ses dernières toiles acryliques.

Elle est présente jusque  dans ses nouveaux espaces toilés comme pour signifier une empreinte originaire, une marque indélébile, identique à celle d’un code génétique.

Cette réalité quasi permanente traverse toutes ses créations : d’abord bien entendu ses dessins (ses encres), puis  ses aquarelles, ensuite  ses acryliques/feuilles et enfin ses acryliques/toiles.

L’encre envahissante agit comme un événement singulier d’archi-écriture, traverse selon le vocabulaire de Derrida le subjectile, le perfore en-deçà des pratiques artistiques usuelles.

Impossible d’arrêter cette énergie développée initialement à partir des premiers dessins. Cette encre se projette et ébranle le processus dans son entier  et ouvre l’orbe de toutes les œuvres de l’artiste.

C’est pourquoi les dessins de B.Chalut relèvent d’un événement apocalyptique, un drame va se produire…l’œuvre de ce peintre fixe ce temps d’extase qui est aussi un commencement, le début d’un cataclysme.

En ce sens il rejoint Antonin Artaud dans la mesure où son geste s’assimile à une entreprise de destruction. Mais en même temps que l’artiste porte un coup à l’art, il garde trace de ce coup.

Tout cela  lui permet de rebondir et d’impulser d’autres formes de vie.

Celles-ci émergent  notamment dans ses aquarelles et curieusement l’encre de Chine y apparait souvent  sous forme diluée. Par ailleurs aussi  le style japonisant ou asiatique semble calmer les ardeurs de l’impétueuse encre noire.

Des couleurs joyeuses prennent alors  le relai de cette écriture du monde des ténèbres. Fraîcheur et pureté participent  à l’émergence des mondes nouveaux. Avec eux aussi la lumière peut circuler librement affranchie des affres de cette Reine de la Nuit.

Mais en réalité l’univers de B.Chalut n’est jamais paisible. L’artiste  cache en creux   un certain désarroi perceptible  sous le voile des couleurs apaisantes comme ces jaunes, ces ocres et ces roses. Certes c’est avec un indéniable brio qu’il réussit à diminuer l’agressivité des rouges  grâce à de subtiles dilutions.

Hélas même si son écriture lyrique et poétique calme son  tourment, bien souvent  elle ne lui permet pas de l’anéantir totalement !

Tout va se révéler ensuite grâce à l’avènement de l’acrylique dans l’univers de ce peintre.

Ainsi dans ses acryliques/feuilles et acryliques/toiles vont émerger  des carrés blancs striés par l’encre de chine.

Ces formes géométriques naviguent comme des radeaux sur un fond pictural alternant le bleu, le vert, le jaune ou le rouge.

A l’évidence tout cela crée des espaces perturbés. L’artiste déclenche un mouvement comme une capacité mystérieuse, ouverte, infinie à l’image de ces plaques qui se déplacent sans  cesse.

Il existe ici une dimension étrangère à tout discours qui se traduit par une difficulté à traduire ou à nommer toute chose.

C’est le monde du tout-autre, du sceptre ou de l’abîme.

C’est le domaine de l’incertitude. Ces espaces sont volontairement brouillés et permettent de conduire à un monde sceptral oscillant entre le visible et l’invisible.

Effectivement  comme l’affirmait Derrida, notre monde est hanté par les fantômes.

Selon ce philosophe, grâce aux télé-technologies, nous sommes en permanence en relation avec des morts présentés comme vivants, des lointains qui apparaissent comme proches. C’est pourquoi l’invisible hante en permanence le visible.

La rencontre entre l’encre de Chine et l’acrylique va  permettre  de révéler ce type d’expérience avec plus d’acuité encore.

L’encre de Chine a été semble-t-il le révélateur ou le déclencheur de cette logique sceptrale ?

Mais tout l’art de ce jeune peintre a été justement  de nous révéler cette vérité  permettant  ce frayage invisible qui remplace la vision courante.

Christian Schmitt

Metz, le 17 juin 2012.


Read more at http://espacetrevisse.e-monsite.com/pages/mes-travaux-personnels-notes-etudes/l-encre-de-chine-et-b-chalut.html#QxVVfIg3m0rcl4RB.99



Annexes

Les exposants


*Pascal Menard - Tricots - Amigurimi 

* Pierre Chalut - aquarelliste 

* Valérie 

* Sophie Lamberton - Poterie 

* Daniel Laumier - Ebeniste d'art 

* M.Dardillac - Vannerie 

* Miel de la Ruche Bleue

 

 


Les collaborateurs

Accès cours et stage aquarelle






Fleuriste transmettant et executant